Didier Morin

Le Voyage d'Yves Klein

Je connaissais ses principaux textes, ceux qui m’ont fait aller vers lui. Le manifeste du Chelsea hôtel, sa conférence de la Sorbonne, et La Symphonie Monoton Silence sur laquelle j’avais déjà beaucoup travaillé et que j’avais appris à diriger.

Tous ses autres écrits, ainsi que son journal, je les découvrais dans ses archives au tout début de mon voyage en 1999, délaissant volontairement tout ce qui avait été écrit sur lui, et c’est encore le cas aujourd’hui.

Puis je me suis enfoncé loin, très loin dans sa géographie. Six années dans son utopie. Tous les lieux en France, en Angleterre, en Irlande, en Italie, en Espagne, au Japon et aux Etats Unis furent filmés et photographiés.

Un ami m’avait dit au début, de ne pas toucher à ses symboles. J’ai failli par moment oublier ce précepte.

Extraits