Didier Morin

Jean Genet et Yves Klein, les deux grands voyages

J’ai commencé à m’intéresser à Genet alors que j’habitais à proximité de Mettray, non loin de l’ancienne colonie pénitentiaire où il séjourna entre 16 et 18 ans. Puis Fontevrault, situé à quelques kilomètres, me devint aussi familier, tout comme lors de mes séjours à Barcelone, l’ancien Bario Chino ou encore la rue Lepic à Paris. Les notes de lectures, les photographies de ces lieux s’entassaient dans un carton.

Genet devenait un territoire.

Yves Klein, c’est en 1980. Sur les quais de la Seine, j’achète Le Manifeste du Chelsea hôtel qu’il écrivit à New York au moment de son exposition chez Castelli. Ses monochromes y étaient reproduits en N et B. La rue Campagne Première, la rue des Beaux-Arts où il exposa le vide, à Paris, devinrent des lieux que je me mettais à fréquenter. Là encore, les notes prises à partir des quelques œuvres que j’avais vues, des textes parus à l’époque, ainsi que mes remarques sur l’histoire artistique de ces endroits, s’entassaient dans un autre carton, sans suite imaginée.

C’est à Marseille, que je les ai réunis. Comme un point de départ privilégié de ma géographie, je suis parti dans la leur. 20 destinations pour Genet, 20 pour Yves Klein. Chacun d’entre eux formant dorénavant un continent.

Lieux photographiés et filmés pour Jean Genet :

Mettray, Alligny en Morvan, Paris, Brest, Fontevrault, Marseille, Chartres, Aix en Provence, Barcelone, Séville, Tanger, Larache, New York, Chicago, Los Angeles ( South Central ), Tokyo, Kyoto, Nara, Beyrouth, Irbid.

Lieux photographiés et filmés pour Yves Klein :

Paris, Nice, Marseille, Cagnes sur mer, Gênes, Florence, Rapallo, Milan, Londres, Dublin, New York, Los Angeles, La vallée de la mort, Tokyo, Kyoto, Düsseldorf, Krefeld, Languenargen, Gelsenkirchen, Madrid.